jeudi 13 décembre 2012

2 41 de Rogelio Guedea

Editions : Ombres Noires
Publié : 24 octobre 2012
Pages : 240
Site

 
    L'auteur en image :


Quatrième de couverture : 


Tiré d’un fait divers réel, ce roman sans concession montre jusqu’où peut aller la perversion des plus vils personnages politiques dans un pays rongé par la corruption.

Des traces de sang sur le pare-choc arrière d’une voiture. Dans le coffre, le cadavre de Ramiro Hernández Montes, tué par balles. Situation pour le moins embarrassante pour le frère de la victime qui espère son élection au poste de gouverneur de l’État de Colima. Quatre flics sont chargés de l’enquête avec pour consigne de l’étouffer. L’enquête révèle une série d’assassinats d’homosexuels, tous abattus avec un calibre .41, mais aussi les orgies organisées dans des villas luxueuses et le goût de certains notables pour les enfants.

Ailleurs dans la ville, un gamin livré à lui-même se lie d’amitié avec un adulte qui ne tarde pas à l’initier à la drogue et au sexe. Un jour, on le présente à un couple, Roi Camilo et Reine Sofía

Mon avis : 


Une chronique pas évidente à rédiger face à un roman dur et plein de noirceur.
Ici la collection Ombres Noires nous offre son second roman, qui se passe au Mexique, plus précisément dans l’État de Colima.
L'histoire débute par une intrigante découverte d'un petit garçon. En effet, une Chevrolet  rouge garée depuis plusieurs jours au même endroit attire son attention. Le jeune garçon ne résistant pas à l'envie d'en savoir un peu plus, décèle sur le coffre des taches de sang.

Alertée, la police arrive sur les lieux et découvre dans le coffre de la voiture, un homme. Le frère du gouverneur de Colima : Ramiro Hernandez Montes. Le but est de calmer l'affaire, de ne rien ébruiter, surtout quand ils découvrent que le frère du gouverneur était homosexuel et qu'il avait d'autres penchants qu'il ne valait mieux pas déterrer.
On s'attend à une enquête approfondie comme dans tous les romans noir, policier, mais au lieu de ça on a deux enquêteurs au bas de l’échelle, des procès verbaux et des pièces annexes, qui reprennent toutes les dépositions des proches de la victime.

En alternance de cette enquête, on fait la connaissance de Alfonso Castro Bautista dit le  « Japonais », petit garçon de 12 ans mais qui n'a pas vraiment d'âge. Sa vie est dépravée, sale.
Il habite avec sa mère, la Dona, et le Don, son compagnon. Ils vivent du trafic de drogue et la Dona s'offre aux hommes qui le veulent, sans vergogne avec toute sa vulgarité, sous les yeux de sa fille handicapée, laissée à l'abandon dans son fauteuil roulant.
Il passe son temps dans les salles de jeux. C'est là qu'il va faire la connaissance du Métallo, et ce dernier va l’enroller dans un monde de sexe et l'offrir aux homosexuels.

Comme je le dis en débutant ma chronique, ce roman est très dure à lire, certaines scènes sont difficiles, surtout dans les descriptions de la vie du Japonais, que ce soit chez lui ou quand le Metallo l'offre aux immondes hommes et femmes riches.

Pour ma part, j'ai trouvé beaucoup trop long tous les rapports détaillés. Les noms des personnages sont parfois composés de 2 prénoms et 2 noms, alors sur les procès verbaux, quand il y avait moult personnages, un peu dur de s'y retrouver !

Je revendique souvent mon goût prononcé pour les thrillers, mais pas de cette trempe là. J'aime quand le roman consiste à débusquer un tueur en série, mais beaucoup moins quand il s'agit de dénoncer, car tout est là. D'où ma déception. En aucun cas ce roman est un thriller atypique à la manière de la série  «Esprits Criminels », (entre autres), ici le but est de faire en sorte que l'enquête n’éclabousse personne, tout repose sur les magouilles politiques et c'est ce que j'aime le moins dans les thrillers, les complots politiques.

J'ai poursuivis ma lecture car c'est inspiré d'un fait réel et que je suis toujours intéressée par ce type de romans.

Pourquoi 41 ?
41 est le calibre avec lequel sont tués des homosexuels aux tendances pédophiles.






2 commentaires:

  1. NON c'est vraiment pas un livre pour moi!!! Tout ce que je déteste est dedans... des pédophiles, homophobes et en plus la couverture me donne des frissons dans le dos !!! Dès que je l'ai vu je me suis senti très mal à l'aise... et avec ton avis? Bah je passe à côté c'est sur... Pourtant j'adore les choses de criminels... mais là c'est trop llllloll :-)

    RépondreSupprimer
  2. Aie désolée que ça ne t'ai pas plu. Je ne connaissais pas du tout mais j'avoue que je ne suis pas du coup inspirée. Merci pour l'avis!

    RépondreSupprimer

Votre avis intéresse Rose :)